Mariétou KEITA, première femme médecin en championnat guinéen

COUP DE CHAPEAU

Site officiel du champion de Guinée, notre vocation est de publier en priorité toutes les informations concernant le Horoya AC. Mais il nous arrivera aussi de mettre à l’honneur des associations, sociétés, dirigeants, cadres de club ou de fédérations particulièrement méritants. C’est notre rubrique “Coup de chapeau” qui s’ouvre avec un premier numéro consacré à la première femme médecin du championnat guinéen.

Célibataire de son état, Mariétou KEITA (32 ans) est native de la ville de Boké, où est basé le Wakiriya AC promu en Ligue 1. Cette jeune dame est responsable de la commission médicale dudit club. Appréciée pour son travail de médecine sportive, Mariétou fait montre d’un énorme dévouement. Ellle retrace ses débuts avec le club de Boké dans cette interview qu’elle nous a accordée au Stade du 28 Septembre à Conakry.

– Expliquez nous votre rôle au sein du Wakiriya AC ?

Je suis responsable de la commission médicale de ce club depuis un certain moment, je réside à Boké, je suis de près les joueurs sur leurs état de santé avant et après le match. Je leur donne des conseils de bonne vie pour qu’ils se maintiennent en forme durant le championnat

– Comment êtes-vous venue au club ?

Bon ! J’étais dans le bureau exécutif, le médecin était toujours absent donc les responsables ont voulu le changer. C’est en raison de cette situation qu’on m’a demandé de prendre le relais… J’ai eu mon temps de réflexion et finalement, j’ai accepté ce fardeau. Au début ce n’était pas facile, mais vers la fin du championnat et la coupe nationale, je me suis adaptée et depuis je n’ai pas de problème, je me sens bien avec l’effectif.

– Comment vous sentez-vous, « une femme parmi les hommes » ?

Très bien ! Au début, j’avais des petits soucis étant la seul femme, mais finalement, j’ai compris que tout ce que les hommes font nous pouvons aussi le faire. Surtout mes soins conviennent bien, alors les joueurs et le staff technique me soutiennent beaucoup dans ce métier. Quand on voyage, j’arrête tout contact à partir de 22h, je passe la nuit seule dans ma chambre et même s’il y a des malades, ils passent forcement par les dirigeants pour venir me voir et aucun joueur ne me manque de respect.

– Rare de voir les femmes derrière les équipes de foot en Guinée, qu’est ce que cela vous inspire?

Moi, personnellement je suis très contente de pratiquer ce métier de mes rêves, car depuis longtemps j’ambitionnais d’être dedans. Maintenant je vais saisir cette opportunité pour réaliser mes objectifs de secouriste auprès de cette équipe. Et surtout, si je ne m’abuse, je suis contente d’être la première femme médecin dans le championnat guinéen.

Un appel aux jeunes filles qui veulent faire comme toi ?

Je leur dirai que rien n’est impossible dans la vie, il suffit juste de décider et de s’appliquer. Elles n’ont qu’à venir auprès des clubs, celles qui ont fait la médecine et de s’appliquer et surtout de faire aussi comme les hommes. Je profite pour remercier le président du Wac le Docteur Mikailou SAMPOU pour la confiance portée à ma personne.

 

Source: http://www.horoyaac.com